Petite chronologie du Gouter matrimonial

1902 : Un jeune imprimeur écaussinnois de 19 ans, Marcel Tricot, participe à la petite fête paysanne de son quartier : le R’mouyâdje du Mai. Il s’agit d’un ancien rituel de fertilité : les jeunes hommes plantent un arbre de mai (un bouleau) dans un hameau où habitent des jeunes filles. Les jeunes filles répondent à l’hommage en offrant un gouter aux jeunes gens. La fête leur permettait alors de se rencontrer et de tomber amoureux.

1903 : Malgré la beauté de la fête, les fêtes du mai ont failli disparaitre du paysage écaussinnois sans l’intervention de Marcel Tricot. Ce dernier trouvait dommage que la fête disparaisse petit à petit, il décide alors de faire parler de la petite fête en faisant le buzz : les jeunes filles invitent les célibataires à venir les rencontrer à Ecaussinnes à l’occasion du Mai planté en l’honneur de la jeunesse.

1910 : La fête bat son plein mais les jeunes filles doutent d’avoir le courage de reprendre le Gouter. Voici ce que disait la Présidente, Marie de Ceuleneer, dans son discours :
« Les résultats prodigieux des précédents goûters matrimoniaux ayant éclairci nos rangs, nous avions été un moment indécises avant de lancer nos invitations. […]
Nous nous étions rappelées ces paroles d’une de nos premières Présidentes : « Pour leur honneur, pour l’honneur de leur sexe et de leur nationalité, les Ecaussinnoises ne failliront jamais à la promesse qu’elles ont faite de recevoir Messieurs les Célibataires, chaque Lundi de la Pentecôte, avec le plus chaleureux accueil et le plus gracieux sourire. » En interrompant la tradition, n’allions-nous pas mériter les justes remontrances de nos cadettes, méconnaître les droits acquis, l’exemple par lequel nos aînées nous avaient affranchies ? N’allions-nous pas troubler notre conscience, trahir, renier la cause pour laquelle nos devancières avaient lutté avec tant de vaillance ? N’allions-nous pas compromettre, dans l’avenir, notre renom d’hospitalité, le succès du véritable, du seul, de l’unique Goûter matrimonial ? »

1920 : Les Ecaussinnettes reprennent l’organisation du Gouter. Quelques images vidéo ont été tournées par le Musée de la Vie wallonne, ce sont les plus anciennes images animées que nous possédons du Gouter matrimonial. En 1917, les Allemands occupaient Écaussinnes. Ils ont demandé à ce que le Gouter matrimonial soit organisé par les demoiselles. Ces dernières ont catégoriquement refusé et la Commune d’Écaussinnes a reçu une amende de 5000 marks.

1924 : Le Gouter matrimonial a été filmé plus longuement par le Musée de la Vie wallonne. On y voit l’accueil des célibataires à la gare, leurs cramignons ; le monde dans les rues ; le gouter sur la place des Comtes van der Burch, les tables sont installées et les célibataires y prennent place après avoir fait la file ; la Présidente prononce son discours ; on y voit enfin deux amoureux lier leurs tasses entre elles et prendre le gouter ensemble.

1940 : En 1940, le lundi de Pentecôte tombait le 13 mai. La Présidente, Hélène Demaret, avait été élue, les oriflammes d’accueil (« A chaque pot son couvercle » ; « Ce n’est pas en se suçant le pouce que l’on trouve une épouse »,…) étaient placées dans les rues et tous attendaient les festivités avec impatience. Le 10 mai, la guerre est déclarée. Des soldats français arrivèrent alors pour défendre Écaussinnes, quelle ne fut pas leur surprise d’être accueillis par les messages chaleureux ornant les rues « Bienvenue aux célibataires »…

1946 : Retour en force du Gouter matrimonial avec près de 20.000 participants. Des trains spéciaux étaient affrétés pour transporter tout ce monde.

2020 : La fête de l’Amour doit être interrompue pour raison sanitaire : le Covid19 fait des ravages et les contacts doivent être évités. C’est la dernière interruption du Gouter avec celles des deux Guerres mondiales. Le groupe des Ecaussinnettes est mis sur pied afin d’inviter les jeunes filles qui n’ont pas eu la chance de participer à l’élection d’avoir l’opportunité de rejoindre le folklore. Ce groupe n’est pas une nouveauté : en 1905 déjà, les Ecaussinnettes comptaient 92 célibataires.

2023 : 120 ans d’histoire, 120 ans de célébration de l’Amour. Les Amis du Folklore font tout ce qui est humainement possible pour redonner ses lettres de noblesse au Gouter matrimonial. Les bénévoles sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à ce folklore unique en Europe (et peut-être dans l’Univers) qui promeut l’accueil de l’autre et qui invite à célébrer l’amour sous toutes ses formes.